Un peu d’histoire

Un peu d'histoire

Le Vauroux est un petit village du Pays de Bray. La commune s'est appelée : Vallis Radlphi en 1037. Puis dou Val Raoul (1266), le Vaulx Roui (1503), Vaux Roux (1530) et  Le Vauroux. Les vidames de Gerberoy possédaient au XIIème siècle la ferme du Quesneger qu'ils donnèrent à l'abbaye de Mortemer. La Seigneurie du Vauroux appartenait à la maison de Trie en même temps que celle du Vaumain.

En 1608, une épidémie décima la population pendant laquelle on eut recours à l'intercession de la Vierge. Un pélerinage fut organisé à Notre Dame d'Auneuil et la Vierge mit fin au fléau. La paroisse reconnaissante fit le voeu de le faire chaque année à cette chapelle distante de 8 km. En 1804, une épidémie, non moins meurtrière, vint le faire revivre. Ce pélerinage se perpétue encore aujourd'hui le 1er mai.

Le village est un village de bâtonniers. En 1850, on confectionne des bâtons cylindriques pour la fabrication de parapluies, cannes, manches à balai, règles.

L'école a été créée en 1890. A l'époque il y avait deux écoles. Une dans la mairie et l'autre dans un bâtiment à côté de la mairie. L'une des deux écoles était dirigée par des soeurs. Le cimetière ancien date de 1870.

Les femmes encartaient des boutons. On mesurait la taille d'une exploitation agricole au nombre de cases de son pigeonnier (nombre de cases = nombre d'hectares). Il y avait autant d'hectares en herbage que d'hectares en culture et 200 hectares de bois.

L'électricité est arrivée dans le village en 1936-1937.

Pendant la guerre de 1939-1945, les allemands occupaient tout le village.

A la libération, le pont de chemin de fer (sur la route, entre Le Vauroux et La Houssoye) a été détruit et reconstruit par la suite pour assurer le transport, par train, des voyageurs entre Beauvais et Gisors.

Deux puits publics, quelques puits privés et des citernes enterrées pour la récupération des eaux de pluie alimentaient  la population en eau. Le réseau d'eau potable arriva seulement en 1956.

Les jeunes du village fêtaient la St Nicolas, la Ste Catherine et la Ste Barbe.